Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de la Fédération Française de Généalogie, reconnue d'utilité publique

Colloque les mondes de la généalogie : Sandra Fontanaud

26 Janvier 2019, 10:43am

Publié par F.F.Généalogie

Colloque les mondes de la généalogie : Sandra Fontanaud
Colloque les mondes de la généalogie : Sandra Fontanaud

La conférencière : docteure en sociologie, est ingénieure au CURAPP-ESS, une unité mixte de recherche de l’université de Picardie Jules Verne d’Amiens, spécialisée en sciences politiques et en sciences sociales. Si ses travaux de recherche sont aujourd’hui davantage orientés petite enfance et handicap, elle reste très attachée aux thématiques développées dans sa thèse : sociologie de la famille, pratiques généalogiques et classes populaires. 
 

 La production des ancêtres : une pratique culturelle comme les autres ?

Le statut particulier de la généalogie au sein des pratiques culturelles et sociales est problématique depuis les années 1990. La généalogie est à la mode, peut-on lire et entendre régulièrement ; des articles ou des sondages nous annoncent tout à tour qu’elle est le deuxième loisir préféré des Français, que nous sommes 70 % en France à nous intéresser à nos origines et nos racines ou bien encore qu’un Français sur deux aurait déjà eu entre les mains un arbre généalogique concernant sa famille. Pourtant, la généalogie n’intéresse que très peu les chercheurs. Pourquoi ? Pourrait-on se demander. Peut-être tout simplement pour son statut mal défini, à mi-chemin entre histoire universitaire et loisir traditionnel, entre savant et profane, proche de l’histoire, mais dénigré des historiens, loisir culturel certes, mais principalement apprécié des amateurs. La généalogie cherche sa place donc et à travers elle, en tant qu’objet, c’est l’institutionnalisation d’une pratique culturelle, l’appropriation et la démocratisation d’une discipline par des amateurs qui sont données d’étudier. Ces dimensions souvent mises en opposition ne sont pas nécessairement incompatibles. Par l’étude des pratiques mises en œuvre par les généalogistes, il est tout à la fois possible de montrer que la discipline reste certes en premier lieu une pratique amateur, même si elle compte quelques professionnels, mais qui emprunte très souvent à l’histoire telle qu’elle est étudiée et enseignée, jusque parfois à la production d’écrits d’histoire locale ou d’outils de la recherche. Tout comme il est possible, d’un point de vue sociologique, d’étudier les stratégies et enjeux sociaux, sans pour autant négliger l’univers affectif, un univers de consolation, permettant à l’individu de ne pas rester simple spectateur de sa trajectoire. C’est donc la généalogie comme discipline à l’interphase de ces différentes dimensions dont il sera question dans cette présentation. 

Commenter cet article