Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de la Fédération Française de Généalogie, reconnue d'utilité publique

Colloque les mondes de la généalogie : Maylis Sposito-Tourier

26 Janvier 2019, 10:49am

Publié par F.F.Généalogie

Colloque les mondes de la généalogie : Maylis Sposito-Tourier
Colloque les mondes de la généalogie : Maylis Sposito-Tourier

La conférencière : Maylis Sposito-Tourier est docteure en sociologie et ingénieure de recherche au laboratoire de sociologie et d’anthropologie de l’université de Bourgogne Franche-Comté (LaSA-UBFC EA 3189). Ses travaux de recherche portent sur la transmission intergénérationnelle (des entreprises, de l’ethos indépendant, des exploitations agricoles, des représentations, des savoirs…) par le biais d’une approche socio-anthropologique.

Des généalogies ordinaires à une théorie de la transmission. 

Le travail du sociologue s’organise souvent autour de l’analyse d’une action située qui implique sa présence sur le terrain. Ces éléments le mènent à une construction temporelle particulière de l’objet et conduit à une forme de « repli des sociologues dans le présent » (Elias, 2003). Notre objet de recherche - les trajectoires d’hommes et de femmes entrepreneur·e·s - nous a invitée à mettre en place un dispositif méthodologique ad hoc. En nous intéressant aux modalités de transmission familiale, nous avons opté pour une analyse généalogique puisque comme le souligne justement Régis Debray (1997), prendre le présent pour seul modèle reviendrait à tuer dans l’œuf la transmission. Cette communication portera ainsi sur les apports de l’utilisation de généalogies ordinaires dans l’appréhension des mobilités professionnelles et des transmissions familiales. Le contenu de cette intervention reposera sur l’analyse de 27 généalogies d’entrepreneur·e·s. Chaque généalogie s’étend sur quatre générations - parfois cinq - et recense l’ensemble des membres de la famille, y compris les alliés. En s’appuyant sur cette « passion » (Sagnes 1995 ; Barthelemy et Pingaud 1997) récente pour la généalogie, nous avons proposé aux entrepreneur·e·s rencontré·e·s de constituer avec eux leur propre généalogie. Cette proposition a été accueillie avec beaucoup d’engouement par les acteurs. Leur généalogie a ainsi constitué un ancrage fort et a favorisé la mise en discours. Les entretiens réalisés à partir des généalogies corrélés à l’analyse de ces dernières nous ont permis d’analyser finement la transmission familiale des places professionnelles, des savoirs et des représentations de l’entrepreneuriat relativement au genre et à la fratrie. L’utilisation de cette méthode et la comparaison systématique des généalogies constituées nous a permis d’analyser la manière dont s’agencent les liens - entre ascendants, descendants et collatéraux -  et se transmettent les biens – professionnels et symboliques - au sein de la cellule familiale. Nous reviendrons donc sur l’intérêt d’une analyse des généalogies ordinaires dans 
l’émergence de résultats sociologiques originaux et d’une théorie de la transmission dans les familles d’indépendants. 

Commenter cet article